Tuesday, January 26, 2010

Fw:

Sent via BlackBerry from T-Mobile


From: louispredvil@aol.com
Date: Tue, 26 Jan 2010 18:59:51 -0500
To: <ronnells@yahoo.com>; <margaliepredvil@gmail.com>; <hans.bernard@att.com>; <guerlineclaire@hotmail.com>
Subject:



Une tranche d'histoire.

L'Evénement de 1842

Le samedi 7 mai 1842, un violent tremblement de terre que l'on considère comme la plus grande catastrophe naturelle de son histoire, frappait la République d'Haïti. Cet épouvantable séisme allait détruire toutes les villes de sa côte atlantique et anéantir en un moment, des agglomérations comme le Môle Saint-Nicolas, Port-de-Paix et Fort-Liberté. Parmi les villes touchées se trouvait aussi le Cap-Haïtien, l'ancienne capitale de Saint-Domingue qui, d'un seul coup, fut réduit en cendres.

C'était alors une cité florissante qui prospérait par son négoce maritime, une ville pleine de vie et de mouvement dominée par une classe de grands planteurs opulents et une non moins fastueuse bourgeoisie d'affaires. Juste avant la catastrophe, le Cap était encore considéré, avec New Orléans et Québec, comme l'un des trois principaux centres commerciaux et culturels de l'Amérique francophone. John Candler, l'auteur d'un Brief notices of Hayti, un ouvrage publié peu de temps avant la destruction de la ville, rapporte que le Cap lui paraissait assez semblable à Saint-Pierre de la Martinique avec 27 rues orientées d'est en ouest et coupées à angle droit par 19 autres allant du nord au sud. Candler décrit aussi les maisons, d'immenses battisses dont les rez-de-chaussé e sont occupés par des commerces, des étables ou des entrepôts alors que les familles résident dans les deux ou trois étages supérieurs.

Dans ses Mémoires encore inédits, mais dont quelques extraits ont été publiés en 1942 grâce aux soins de son neveu, M. Elie Lambert, l'écrivain et homme d'État haïtien, Demesvar Delorme, un témoin direct de la catastrophe, parle du Cap comme d'une "ville de politesse, de manières recherchées, quintessencié es mime, raffolant du roman, du chevaleresque, aimant les épiques récits de galantes aventures, comme l'Espagne de Cervantès. Même après la chute du royaume de Christophe, le Cap-Haïtien qui disputait encore à Port-au-Prince l'hégémonie financière et intellectuelle d'Haïti, ne le cédera vraiment à sa rivale qu'après le tremblement de terre de 1842. En un moment, cette ravissante cité de pierre avec ses édifices, ses belles demeures, ses vastes entrepôts, ses riches commerces et tous ses superbes monuments coloniaux qui en faisaient le Paris de Saint-Domingue, (si finement décrit par Victor Hugo dans Bug-Jargal) se
trouvèrent anéantis. On estime généralement à cinq mille le nombre des victimes ensevelis sous les décombres, soit presque la moitie de la population de la ville.

Demesvar Delorme jouait aux billes avec son frère, lorsqu'il remarqua que certains des soldats qui défilaient lors de la parade du samedi trébuchaient et tombaient de façon assez grotesque. " Un bruit sourd. nous dit-il, un grondement lointain, lugubre, comme sortant d'un gouffre profond se fait entendre du coté de l'est. [...] Nous chancelons, mon frère et moi tombons aussi. Le mur de la caserne au nord s'ébranle et tombe presque en même temps que nous. [...] Le clocher de la cathédrale que j'avais en face se mit à balancer dans l'air, les cloches sonnant à route volée en carillon sans rythme, sinistre, un glas horrible. Le clocher s'écroule, les parties hautes les premières. Puis l'église s'abat, et toutes les maisons environnantes, et toutes les maisons que je voyais, et enfin la ville entière. Tout cela avec un bruit sans nom, grondant au milieu d'une buée épaisse sortie des murailles brisées et qui s'épaississent de plus en plus était devenu un nuage noir, lugubre, comme ceux des grosses tempête sur mer, et bientôt sillonnée comme eux de lueurs rouges, ardentes, agitées en tous les sens".

Après la catastrophe, Delorme nous dit comment il se rendit en vitesse chez ses parents où l'on commençait à peine à se réjouir du fait que personne n'avait périt, lorsqu'un de ses oncles maternels vint aux nouvelles avec ses vêtements maculés de sang. L'oncle s'empressa de leur expliquer qu'il s'agissait du sang d'une infortunée marchande du marche communal qu'il venait d'aider à dégager des décombres après qu'elle eut reçu une poutre sur les jambes. Peu après, tous Les membres de la famine Delorme se rendaient au Champ-de-Mars. C'est sur cette grande place ou cinquante ans auparavant Sonthonax proclamait la liberté des esclaves de Saint-Domingue, qu' ils passèrent la nuit à la belle étoile pendant que les incendies faisaient rougeoyer la ville tout autour d'eux. En effet, comme le séisme était survenu à l'heure où l'on préparait le repas du soir, les feux de cuisine n'avaient pas tarde à transformer les ruines en un
immense brasier.

La population, épouvantée par les répliques intermittentes qui durèrent au-delà d'un mois, ne dormait plus que dans la rue, sur les places publiques ou encore dans l'édifice miraculeusement épargné abritant l'ancien opéra royal de Christophe. (Aujourd'hui loge maçonnique l'Haïtienne). Le petit Demesvar, il était alors âgé de 11 ans, nous dit qu'à son réveil, au lendemain du cataclysme, il vit arriver le gérant de l'habitation de ses parents sur un cabrouet tiré par des boeufs. Il venait les chercher dans cet équipage pour les conduire avec armes et bagages à la campagne ou ils allaient vivre désormais.

Un autre rescapé de la catastrophe, un jeune commerçant allemand de nom de Peter Gottlieb Buhrow, nous a, lui aussi, laissé un récit touchant de ses aventures sous la forme d'une lettre datée du 15 mai 1842 expédiée à ses parents vivant à Hambourg. Surpris dans son lit par le séisme, Buhrow (il est le fondateur de la future Maison Schutt et Co) raconte comment il est resté pendant un temps interminable enseveli sous les décombres. Après des heures d'angoisse et de souffrance, il parvient enfin, dit-il, " à ramper sur les mains à travers les décombres ne reconnaissant plus rien des lieux où j'avais habité et me retrouvant enfin sous une table de billard [..] J'arrivai enfin vers quatre heures du matin au bord de la mer où se trouvait une foule de gens dons certains priaient et d'autres pleuraient ou hurlaient de douleur du fait de leurs graves blessures. La ville est totalement en ruines et ce qui n'a pas été brûlé est pillé. En effet, dès le premier jour apparurent des bandits de l'intérieur du pays qui dérobèrent tout ce qu'ils peuvent trouver puisque l'ordre militaire avait disparu'. En fait, pendant les jours qui suivirent, la ville sera parcourue par de sinistres bandes de pillards en maraude, de chenapans patibulaires qui remuaient les pierres, fourrageaient les ruines fumantes, dévalisant les cadavres et terrorisant les survivants qui voulaient se ménager un abri parmi les vestiges.

En plus du tremblement de terre, un raz de marée avait envahi les rues commerciales du front de mer laissant une épaisse et nauséabonde vase noire après son passage. Dans son Histoire religieuse du Cap, Mgr. Jean-Marie Jan nous apprend que " le ciel fut tellement obscurci par les tourbillons de poussière que l'on aurait dit une nuit complète. La mer se précipita sur la ville, jusque dans les maisons qui bordent le quai et se retira aussitôt, fort heureusement. [...] Durant toute la nuit, il y eut de fréquentes oscillations et de violentes commotions. Bien plus, les trépidations du sol se répétèrent chaque jour et, quelquefois, à plusieurs reprises, pendant près d'un mois ".

Le Cap-Haïtien porte aujourd'hui encore les nombreux stigmates de cet affreux tremblement de terre que par euphémisme, ses habitants appelleront "l'événement ". La cathédrale du Cap, un imposant édifice de style neo-classique, ne sera entièrement restaurée que cent ans après son écroulement, en 1942, sous le gouvernement d'Elie Lescot. Le séisme n'épargna pas la Citadelle et infligea des dommages irrémédiables au palais de Sans-Souci, dont la chapelle sera cependant fidèlement reconstruite sous l'administration de Stenio Vincent.

Il n'est peut-être pas inutile de rappeler que les Capois affrontèrent seuls toutes ces grandes épreuves morales et matérielles qui les accablaient.

Après "l'événement " en effet, aucun secours ne fut organisé par les autorités haïtiennes et aucune assistance ne parvint non plus de l'étranger. Il faudra attendre 1844, pour que le gouvernement haïtien, après une visite du président Philippe Guerrier, accorde cinquante mille gourdes à la ville qui serviront à reconstruire le quai et à déblayer les rues de leurs décombres. Ce n'est que vingt-cinq ans plus tard qu'une nouvelle prospérité allait permettre la lente reconstruction du Cap, mais en 1842, Haïti perdait une ville brillante, un centre économique florissant qu'elle ne retrouvera peut-être jamais tout à fait.

Alain R. Clerie

Sunday, January 24, 2010

All you got to do is Donate to Haiti. Help them rebuild Zakarius

Sent via BlackBerry from T-Mobile

Monday, January 18, 2010

GOOGLE SEARCH ANYONE MISSING IN HAITI

src="http://haiticrisis.appspot.com/?small=yes"
width=350 height=300 frameborder=0
style="border: dashed 2px #77c">

Wednesday, January 13, 2010

THE NEXT BIG EARTHQUAKES


Quakes can be measured and can not be predicted with the same accuracy as the weather can be predicted, but a look at fault lines and the record suggests some places are due for a rumble... More to the story here

UN Headquarters in Haiti

Sent via BlackBerry from T-Mobile

Fw: The Earthquake in Haiti

Sent via BlackBerry from T-Mobile


From: "President Barack Obama" <president@messages.whitehouse.gov>
Date: Wed, 13 Jan 2010 15:01:49 -0600
To: <ronnells@yahoo.com>
Subject: The Earthquake in Haiti


The White House, Washington
 


Good Afternoon,

The reports and images from Haiti of collapsed hospitals, crumbled homes, and men and women carrying their injured neighbors through the streets are truly heart-wrenching. As we learn more about the extent of the devastation, our thoughts and prayers are with the people of Haiti and Haitian Americans around our country who do not yet know the fate of their families and loved ones back home.

I have directed my Administration to respond with a swift, coordinated and aggressive effort to save lives. The people of Haiti will have the full support of the United States Government in the urgent effort to rescue those trapped beneath the rubble and to deliver the humanitarian relief -- the food, water and medicine -- that Haitians will need in the coming days.

This is also a time when we are reminded of the common humanity that we all share, and Americans have always responded to these situations with generosity of spirit. If you would like to support the urgent humanitarian effort in Haiti, I encourage you to visit our website where you can learn more about how to contribute:

http://www.WhiteHouse.gov/HaitiEarthquake

Americans trying to locate family members in Haiti are encouraged to contact the State Department at (888) 407-4747.

We will continue to stand with the people of Haiti and keep them in our thoughts and prayers.

Sincerely,

Barack Obama

 



This email was sent to ronnells@yahoo.com
Unsubscribe | Privacy Policy

Please do not reply to this email. Contact the White House

The White House · 1600 Pennsylvania Ave NW · Washington, DC 20500 · 202-456-1111




Fw: Haiti c'est vrai , c'est pas un film.

Sent via BlackBerry from T-Mobile


From: ulric leonard <tiecolo@hotmail.com>
Date: Wed, 13 Jan 2010 12:37:39 -0500
To: <ronnells@yahoo.com>; <verloulou5@hotmail.com>; nenedigital2006@yahoo.com<nenedigital2006@yahoo.com>
Subject: Haiti c'est vrai , c'est pas un film.

 
 
Bonjour Ronnel,
 
Ce qui vient de ce produire chez nous  , c'est désastreux et affreux il suffit de voir les images via CNN et croire c'est vrai
Le pire c'est qu'il n'y a aucun moyen de communication , pas de Digicel , pas de Voila , pas de Haitel tout est coupé.
 
Pour l'instant nous ne pouvons pas communiquer avec Port au Prince .
 
Pour ce qui est de Christopher Hotel , UN Head Quarter, c'est grave . Car pour un événement pareil qui s'est produit
aux environs de 16 : 53 PM heure locale , tout le personnel devrait etre encore au bureau.
 
Pour ce qui est de Mr. Ananabi , nous venons tout juste d'avoir une réunion avec Mme Nushat CRO du Cap Haitien , elle confirme que Mr. Anabi et tout le personnel qui était dans le batiment seraient mort.
  
En fait c'est inexplicable et inimaginable , les gens ne veulent plus rentrer dans leur maison , ils préfèrent rester dans les espace vide en attendant qu'on leur vienne en aide.
 
Mon unique enfant est à Port au Prince avec sa grand mère , sa tante et mes frères j'ai juste entendu leur voix pendant quelques 5 à 6 secondes et après tout est coupé jusqu'à date . Nous avons une cousine , Kenthia qui allait se marier le samedi 16 janvier 2010 , elle était dans les rues pour régler certaines choses et depuis nous n'avons aucune nouvelle d'elle.
 
Presque tout les édifices publics comme privés se sont écroulés, le palais national , le ministère du commerce , le ministère des finances , le bureau de la PNH en face du palais national , le carribean market , trois succursales de la Banque Nationale de Crédit , la Sogebank à Delmas 30 , le bureau du Conseil Electoral Provisoir à  delmas 43,l'Hotel Montana pour ne citer que ceux - là.
 
Priez pour nous et à bientot pour de plus amples info.
 
Bonsoir.



Avec Internet Explorer, surfez en toute discrétion sur internet Cliquez ici !

Tuesday, January 12, 2010

Fw: more pics from alertehaiti.ht

Sent via BlackBerry from T-Mobile


From:
Date: Tue, 12 Jan 2010 20:54:20 -0800 (PST)
To: <ronnells@yahoo.com>
Subject: more pics

more pictures from Haïti

Fw: Update alertehaiti.ht

Sent via BlackBerry from T-Mobile


From: <alertehaiti@yahoo.com>
Date: Tue, 12 Jan 2010 20:12:31 -0800 (PST)
To: <>
Subject: Fw: Update


 
Alertehaiti server is down but these are some pictures of the horrific scene we lived today. Please forward!

Fw: "Haiti 2015" sent you a message on Facebook...

------Original Message------
From: Facebook
To: Ronel Lorius
ReplyTo: noreply
Subject: "Haiti 2015" sent you a message on Facebook...
Sent: Jan 12, 2010 7:47 PM

Manolia Charlotin sent a message to the members of Haiti 2015.

--------------------
Subject: Major Earthquake in Haiti...2 Haiti 2015 Staff Still in Port-au-Prince

Greetings,

As many of you have heard a Major Earthquake has just hit Haiti. Our thoughts and prayers are with our brothers and sisters in Haiti.

Haiti 2015 Update: 2 Haiti 2015 staff members are still in Port-au-Prince. They were in Haiti for the Haiti 2015 launch and we're still trying to get a hold of them.

Please keep us in your thoughts and prayers, as we try to confirm the safety of our 2 staff members.

Manolia & Ilio
--------------------

To reply to this message, follow the link below:
http://www.facebook.com/n/?inbox%2Freadmessage.php&t=1252530646746&mid=1b7155cG54a7991dG1477058G0

___
Find people from your Yahoo address book on Facebook! Go to: http://www.facebook.com/find-friends/?ref=email

This message was intended for ronnells@yahoo.com. Want to control which emails you receive from Facebook? Go to:
http://www.facebook.com/editaccount.php?notifications=1&md=bXNnO2Zyb209NTI5ODQ1MDkzO3Q9MTI1MjUzMDY0Njc0Njt0bz0xNDIwMjY5ODUz
Facebook's offices are located at 1601 S. California Ave., Palo Alto, CA 94304.



Sent via BlackBerry from T-Mobile

Fw: Haiti Earthquake - A Call to Action

Sent via BlackBerry from T-Mobile


From: Haiti Without Borders <mail@haitiwithoutborders.info>
Date: Wed, 13 Jan 2010 03:46:19 +0000 (GMT)
To: ronnells@yahoo.com<ronnells@yahoo.com>
Subject: Haiti Earthquake - A Call to Action

Rebuilding Haiti Together

A message to all members of Haiti Without Borders

A 7.0 magnitude earthquake struck near the Haitian capital of Port-au-Prince on January 12th. This earthquake has dealt another unexpected blow to a country in the middle of a recovery from a previous natural disaster that rocked the entire country.

Karel Zelenka, a Catholic Relief Services representative in the capital of Port-au-Prince, told US colleagues before phone service failed that "there must be thousands of people dead," according to a spokeswoman for the aid group, Sara Fajardo.

"He reported that it was just total disaster and chaos, that there were clouds of dust surrounding Port-au-Prince," Fajardo said from the group's offices in Maryland.

Your help is urgently needed. Your generous gift today will help provide emergency food and family survival kits, which contain things like:

Emergency food
Blankets
Water cans and water purification tablets
Cooking supplies
Plastic sheeting for shelter
Mosquito netting
And more!
In addition to immediate life-saving aid, your gift will also provide for the long-term needs of children and families, rebuilding communities and restoring hope.

Haiti Without Borders stands ready to alert the community and take the needed steps in an effort to assist the families affected by this tragedy.

 

 

 

 

Visit Haiti Without Borders at: http://www.haitiwithoutborders.info/?xg_source=msg_mes_network

 
To control which emails you receive on Haiti Without Borders, click here

Monday, January 11, 2010

WHICH SKIN LIGHTENER REALLY WORKS


The market for skin lightening products is tipped for global sales success. Projected to reach US$10 billion by 2015, driven by new markets in the West and sustained growth in Asia-Pacific, the skin lightening market offers huge room for development as consumer awareness grows.
“Skin lightening is one of the increasingly growing segments of the global beauty industry, with Asia holding the maximum market share and the most potential to expand

ROADS PROJECTS AND A LOOK AT UNEMPLOYMENT


Road projects don't help unemployment ... a surge in spending on roads and bridges has had no effect on local unemployment and only barely helped ..Local unemployment rates rose and fell regardless of how much stimulus money was spent for transportation.

Saturday, January 9, 2010

JAMES S CHANOS SEE ECONOMIC CRASH IN CHINA


As most of the world bets on China to help lift the global economy out of recession, Mr. Chanos is warning that China's economy is headed for a crash, rather than the sustained boom that most economists predict. JAMES S CHANOS even suspects that Beijing is cooking its books.

Friday, January 8, 2010

MAGIC JACK NEW DEVICE


The company behind the magicJack, the cheap Internet phone has made a new version of the device that allows free calls from cell phones in the home.

Thursday, January 7, 2010

Haiti receives $39 million from Spain and IDB to improve water and sanitation services - Inter-American Development Bank - Inter-American Development Bank - Inter-American Development Bank



Haiti's water and sanitation services are among the most deficient in the Hemisphere. The country has no sewer networks and, according to the 2003 census, only 8.5 percent of its households are connected to a drinking water distribution system

Haiti receives $39 million from Spain and IDB to improve water and sanitation services - Inter-American Development Bank - Inter-American Development Bank - Inter-American Development Bank

Batey Relief Alliance launches new programs in Haiti, Dominican Republic - DominicanToday.com



The Batey Relief Alliance (BRA) is launching two new programs addressing socio-economic needs of populations living in extreme poverty in both Haiti and the Dominican Republic.


Batey Relief Alliance launches new programs in Haiti, Dominican Republic - DominicanToday.com

Haitian Women Artisan Exhibit

Archbishop Curley Notre Dame Art Gallery and St. Thomas University present the Haitian Women Artisan Exhibit, consisting of artwork from Jean Rabel, Haiti, on January 14, 2010 at 6:00 p.m. at ACND Art Gallery at 4949 NE 2nd Avenue, in Miami.



South Florida Caribbean News

Tuesday, January 5, 2010

HOW TO SPOT A BOGUS DIET

It seems that just about every week brings a new diet craze. We all know better than to keep falling for every recipe that comes along...Unfortunately, in this overending struggle to look good and healthy, people end up looking for remedy in all the wrong places. Learn how to spot bogus diets